Les oreillons

Description

Les oreillons sont une maladie infectieuse dûe à un virus de la famille des Paramyxovirus (virus de la même famille que celui de la rougeole). C’est une infection virale des glandes salivaires, spécialement des glandes parotides situées près de la mâchoire, en dessous et devant les oreilles.

Les oreillons sont très contagieux (il peut y avoir des épidémies chez les enfants non vaccinés), le virus présent dans le nez, la bouche et la gorge de la personne infectée, se transmet par contact direct par des gouttelettes respiratoires en provenance du nez ou de la gorge, par la salive, la toux, les éternuements, ou par contact indirect avec des surfaces qui ont été contaminées par le virus.

En général, l’évolution est bénigne, les oreillons provoquent rarement des problèmes graves. Cette maladie peut être attrapée par les personnes de tout âge, cependant elle est classée comme maladie infantile car elle atteint surtout les enfants entre 5 et 10 ans,

Avoir eu les oreillons donne une immunité définitive. Chez les adultes n’ayant jamais attrapé la maladie et non vaccinés il y a un risque de complications plus élevé que chez les enfants. Depuis la fin des années 70, le vaccin contre les oreillons a réduit de façon spectaculaire l’incidence de la maladie.

Symptômes et complications

Le signe caractéristique des oreillons, est essentiellement une parotidite (inflammation de glandes salivaires).

Après le contact avec le virus, les symptômes mettront entre 12 et 24 jours à se manifester. Il y aura, notamment, fièvre, maux de tête, douleurs musculaires et œdème avec sensibilité des glandes salivaires situées près de la mâchoire, en dessous et devant les oreilles (parotidite). Cette enflure des glandes (bilatérale dans la grande majorité des cas), ainsi que la sensibilité inhérente, augmente pendant environ trois jours, et peut s’étendre à toute la mâchoire voire jusqu’au cou, si d’autres glandes salivaires sont atteintes. La fièvre dure 1 à 3 jours mais peut subsister pendant une semaine. L’enflure des glandes tend à se disparaître en une semaine.

Il faut savoir que 20 à 30% des malades ne présentent pas de symptômes de la maladie (ils sont néanmoins contagieux) et qu’environ 50% des cas présentent des symptômes non spécifiques ou principalement respiratoires, avec ou sans œdème. De plus, les oreillons sont extrêmement contagieux durant la semaine précédant les premiers signes de la maladie et les neuf jours suivants. On peut donc transmettre la maladie avant de savoir que l’on est contaminé.

Dans des cas rares, les oreillons entraînent une méningite, une inflammation des testicules (orchite) ou des ovaires (ovarite), une inflammation du pancréas et une perte auditive transitoire ou permanente (la perte d’audition unilatérale permanente est dûe, chez l’enfant, essentiellement aux complications des oreillons).

Chez l’homme, adolescent ou adulte, 20% des malades pourront avoir une orchite (inflammation des testicules), cela peut être très douloureux et peut, rarement, être la cause d’une stérilité.

Chez la femme enceinte, il existe un très faible risque de fausse-couche.

Comme pour toute maladie virale, il existe un certain risque de complications graves comme l’encéphalite (inflammation du cerveau) ou la méningite (inflammation de la membrane entourant le cerveau et la moelle épinière), la prévalence est d’un cas pour quelques milliers ( 1/5 000 pour la méningite).

Diagnostic

La consultation du médecin suffira pour diagnostiquer la plupart des cas d’oreillons par simple examen, l’analyse de sang – qui permet de détecter les oreillons est assez complexe et longue – ne sera prescrite que pour des raisons de santé: femme enceinte, sujet immunodépressé, etc …

Prévention

La meilleure protection est la vaccination. voir: « vaccination » et « ROR »

Pour les personnes n’ayant eu pas eu de la maladie, n’ayant pas été vaccinés et qui ont eu des contacts avec une personne ayant contracté les oreillons il est conseillé de consulter un médecin.

Le virus peut être transmis une semaine avant l’apparition des symptômes (tuméfaction des glandes salivaires) et jusqu’à neuf jours après. Les malades doivent être à la maison et ne pas fréquenter les lieux de travail, les écoles, les endroits publics et autres lieux de rassemblement pendant les neuf jours qui suivent le début des symptômes ou jusqu’à ce que les symptômes aient disparu.

Les précautions suivantes aident à prévenir et à diminuer la propagation du virus des oreillons:

– éviter le contact direct avec le malade, si ce n’est pas indispensable,
– se laver les mains souvent ou utiliser un désinfectant pour les mains,
– éviter de partager les verres ou les ustensiles pour manger,
– se couvrir la bouche avec un mouchoir ou le creux du coude quand vous toussez ou éternuez.

Traitement

Une fois la maladie déclarée, il n’existe pas de traitement contre la maladie elle même, mais seulement contre les symptômes qu’elle déclenche tels que la fièvre, les maux de tête, les douleurs musculaires. Le traitement consiste donc à attendre la guérison.

Les médicaments et les soins pour soigner les oreillons (demandez à votre pharmacien, il peut exister des contre-indications)

– le repos

– les antipyrétiques (médicaments diminuant la fièvre, comme la paracétamol)

– les anti-inflammatoires et les antalgiques (anti-douleurs) si nécessaire

– repos obligatoire et immobilisation des bourses (suspensoir) en cas d’orchite (de la glace enveloppée dans une serviette peut s’avérer efficace)

Les médicaments antipyrétiques sont importants pour les jeunes enfants dont la fièvre serait supérieure à 38.5 °C (afin de réduire le risque de convulsions).

Glycémie – Hémoglobine glyquée (HbA1c)
La varicelle (et le zona)