Comment réduire la douleur par une thérapie ?

La thérapie est un ensemble de mesures appliquées par un professionnel de la santé (ou thérapeute) à une personne vis-à-vis d’une maladie, afin de l’aider à en guérir, de soulager les douleurs et ces symptômes, ou encore d’en prévenir l’apparition. Pour qu’une thérapie soit possible, le patient doit comprendre les causes de la douleur. En effet, rôle le plus important du thérapeute ou du médecin est donc d’expliquer la douleur.

Réduction douleur thérapie : les patients doivent comprendre le cause de douleur

La douleur apparaît, change et se développe dans la vie le long de cercles de cause à effet bio-psycho-sociaux. Ces causes et ces liens ne sont pas toujours ouvertement visibles ou accessibles au patient, ce qui peut rendre la thérapie plus difficile. Pour permettre une approche individuelle du traitement, les patients ont besoin d’informations sur les relations de cause à effet qui sous-tendent la douleur. L’éducation des patients est donc une condition de base nécessaire pour une thérapie réussie. Et n’oubliez pas : La loi sur les droits des patients définit un droit légal des patients à l’information et à l’éducation. La distribution rapide du dépliant d’information ne suffit pas !

Les statistiques parlent d’elles-mêmes : alors que 93 % des patients souhaitent être informés de manière complète et compréhensible par leur médecin ou thérapeute, seuls 30 % des médecins répondent effectivement à ce souhait.

Mais d’un autre côté, presque un patient sur deux ne comprend pas ce que le médecin y explique. Grâce à l’éducation, la physiologie de la douleur devient accessible et compréhensible pour les patients. Il a été prouvé qu’il en résultait une réduction de l’anxiété et un premier soulagement des symptômes. L’information a donc un pouvoir thérapeutique.

La situation initiale pour la réduction douleur thérapie

La communication entre deux interlocuteurs est connue pour être verbale et non verbale. Il est donc important de savoir non seulement ce qui est dit, mais surtout comment l’autre personne le prend et “veut” le comprendre. De part et d’autre de la table, il existe cependant des préjugés qui peuvent se présenter de manière non verbale comme une barrière entre le médecin et le patient.

Par exemple, le patient croit fermement que la douleur est toujours quelque chose de physique que le médecin doit soigner. De nombreux patients sont d’autant plus sceptiques lorsque le médecin se met soudain à parler de psychothérapie, “parce qu’après tout, tout va bien dans la tête”, et beaucoup sont indignés.

Les médecins, en revanche, qui constatent qu’il n’y a rien de mal chez un patient après tout, se sentent rapidement privés de leur temps et ne comprennent tout simplement pas les craintes et les symptômes du patient en bonne santé biologique.

Au final, le patient se sentira rejeté. En l’absence d’une aide efficace de la part du médecin, il sera finalement – selon l’évaluation de la situation par de nombreux patients souffrant de douleurs chroniques – “expulsé” vers un psychothérapeute. Les patients s’isolent, deviennent invisibles dans la vie quotidienne et ne sont plus pleinement perçus, même par le médecin – une situation de départ qui n’est pas particulièrement propice à la thérapie, n’est-ce pas ?

Réduction douleur thérapie :  une approche de solution

L’objectif principal de la prise en charge de ces patients pour la réduction douleur thérapie est donc de les rencontrer ouvertement et d’encourager ainsi le patient à s’ouvrir. Cela nécessite une atmosphère chaleureuse, perspicace et craintive. Cette approche présente également des avantages pour les médecins. Des études ont montré que les médecins qui ont de bonnes capacités de conversation sont plus satisfaits et plus heureux dans la vie de tous les jours.

Les médecins devraient choisir des mots simples pour transmettre l’information, et les termes techniques devraient être remplacés par des termes descriptifs. Les diagrammes doivent toujours être expliqués de manière constructive et non pas immédiatement comme un diagramme complet.

Il est très important pour le sentiment du patient d’être compris, qui est le message de base dans la conversation, que :

Soutenir les supports éducatifs pour apporter les messages et les informations aux patients respectifs. Cela comprend, par exemple, les brochures, les prospectus, l’Internet, les programmes d’apprentissage assisté par ordinateur, les livres et les applications.

Réduction douleur thérapie : les patients veulent des images et des exemples de la pratique de la langue

Une base que les patients souffrant de douleur devraient comprendre est que la douleur peut être créée, promue et également traitée selon le modèle bio-psycho-social à tous ces niveaux. Le corps (soma), l’esprit (cognition), l’âme (sentiments) et l’environnement social travaillent main dans la main. On sait, par exemple, que le deuil et la dépression peuvent influencer le système immunitaire et réduire la résistance aux infections. Et comment la douleur résulte-t-elle de ces liens ?

Le modèle bio-psycho-social fournit également une explication à ce phénomène : vouloir faire quelque chose, réfléchir à la vie de tous les jours ou simplement être actif tout le temps, entraîne toujours une tension musculaire. De même, les sentiments peuvent également augmenter la tension musculaire, il suffit de penser à la peur ou à la colère. Même l’enfance et les premières expériences traumatisantes de la vie peuvent entraîner une tension musculaire et même un blocage.

Le “baril de tension” montre très clairement au patient comment ces tensions et leurs causes peuvent s’accumuler. Il existe une tension de base historique sur laquelle reposent le travail, la colère et aussi la peur jusqu’à ce que le tonneau doive déborder – alors les symptômes, la douleur, apparaissent. La douleur chronique est finalement causée par le fait que la tension musculaire constante provoquée par la surcharge et le stress entraîne l’épuisement, l’inquiétude et l’agitation. Ces derniers augmentent en outre la tension musculaire, les nerfs deviennent de plus en plus sensibles et la sensation de douleur s’installe beaucoup plus tôt en raison du seuil de douleur plus bas. La douleur permanente se développe. Cette douleur permanente devient alors une véritable douleur chronique, car les patients se replient sur eux-mêmes, se ménagent, peuvent éventuellement devenir dépressifs et démissionner.

Armoire à pharmacie : préparez-la pour l’hiver !
La vaccination contre la grippe est-elle utile pour les enfants ?