Les stéroïdes pour soigner l’asthme : bonne ou mauvaise idée ?

Le règlement sur les SCI devrait toujours être différencié et devrait tenir compte du risque résiduel d’effets secondaires, mais cela devrait être fait à un stade précoce. On va rester avec des corticostéroïdes inhalés : CSI pendant une courte période. Contrairement à la BPCO, dans l’asthme, elles constituent la base d’une thérapie à long terme, qui doit être envisagée à un stade précoce. Précoce non seulement dans l’évolution de la maladie, mais aussi par rapport à l’âge. Jusqu’à présent, le critère pour commencer un traitement contre le CSI était l’apparition de symptômes d’asthme plus de deux jours par semaine. Toutefois, cette recommandation est basée sur des preuves limitées. Une analyse post-hoc1 de l’étude START : traitement stéroïde comme thérapie régulière a donc examiné la validité de ce seuil de traitement axé sur les symptômes.

Non seulement les symptômes comptent, mais aussi l’évitement des risques.

Plus de 7 000 patients souffrant d’asthme léger dans 32 pays ont participé à l’étude randomisée START. Parmi eux, se trouvaient environ 2 000 enfants âgés de 5 à 10 ans, dont l’âge variait entre 4 et 66 ans. Tous avaient été diagnostiqués asthmatiques au cours des deux dernières années et n’avaient pas encore reçu de traitement à long terme contre les CSI. Les participants à l’étude ont reçu soit du budésonide : 400 µg une fois par jour pendant trois ans, 200 µg une fois par jour jusqu’à l’âge de 11 ans, soit un placebo. Les auteurs concluent que l’administration du corticostéroïde inhalé a réduit de 40 à 46 % le risque d’une première complication grave liée à l’asthme : hospitalisation, traitement d’urgence ou décès, quelle que soit la fréquence des symptômes. Dans les sous-groupes différenciés en fonction de la fréquence des symptômes, la fonction pulmonaire et le contrôle des symptômes se sont également améliorés de manière similaire dans le cadre d’une thérapie de contrôle contenant des stéroïdes. La classification des patients selon les critères des directives pour l’asthme “persistant” ou “intermittent” n’a pas non plus fait de différence. Les résultats de l’analyse suggèrent que la recommandation d’une médication permanente contre les CSI ne devrait pas seulement dépendre de la fréquence des symptômes, mais devrait également inclure l’idée de prévention en plus des symptômes.

Quand le Controller-ICS est-il la meilleure option pour les jeunes enfants ?

Une récente étude clinique multicentrique portait sur le traitement à long terme du CSI pour l’asthme léger chez les nourrissons. Au final, les données de 230 patients âgés de 12 à 59 mois ont pu être évaluées. La majorité d’entre eux a répondu différemment à trois stratégies de traitement différentes, CSI quotidien, antagoniste des récepteurs leucotriènes quotidien ou CSI ou salbutamol selon les besoins. Le phénotypage s’est avéré utile pour s’orienter dans le choix de la stratégie thérapeutique préférée. Grâce au test des aéroallergènes et à la numération des bluteosinophiles ≥ 300 µl, il a été possible d’identifier les nourrissons qui ont le plus bénéficié d’un traitement de longue durée contre les CSI. Ils avaient amélioré le contrôle de l’asthme et réduit les exacerbations. Dans ce cas, les avantages l’emportent sur le risque potentiel de retard de croissance, qui ne doit bien sûr pas être ignoré.

Surveiller le métabolisme des os

Comme les patients atteints de BPCO, les asthmatiques sont également soumis au risque faible, mais certainement existant d’effets secondaires systémiques des stéroïdes inhalés. Chez les jeunes patients, l’accent est mis sur le métabolisme osseux. La croissance en longueur et la densité osseuse doivent être régulièrement contrôlées. Bien que l’utilisation de CSI pendant l’enfance puisse entraîner un retard de croissance temporaire, elle n’a probablement, au final, que peu ou pas d’effet sur la longueur du corps. La phase critique pour une perte ultérieure de densité osseuse après plus de 6 mois de traitement à long terme du CSI semble se situer à l’âge de moins de 6 ans. Cependant, si la dose de SCI est maintenue à un faible niveau, les risques associés sont également agréablement faibles.

SCI : une utilisation contrôlée souvent indispensable

Il reste donc à le noter : le CSI est un médicament indispensable à long terme pour une grande partie des patients asthmatiques et pour une petite partie des patients atteints de BPCO. Malgré la méthode d’application non-systémique, la possibilité d’effets secondaires systémiques doit être envisagée.

Armoire à pharmacie : préparez-la pour l’hiver !
La vaccination contre la grippe est-elle utile pour les enfants ?