Le psoriasis

C’est une maladie chronique et bénigne de la peau, caractérisée par des lésions érythémato-squameuses.

Plus d’un million de français ont cette maladie, c’est donc une maladie de peau très fréquente. Cette maladie apparaît en général avant l’âge de 20 ans. Cette affection touche autant l’homme que la femme, cependant il est à noter que cette maladie est très rare chez les personnes de race noire.

Définition

Le psoriasis est une dermatose érythémato-squameuse, elle n’est pas grave, elle est d’évolution chronique et non contagieuse. Par contre son évolution par poussées est très longue et démoralisante, et elle peut avoir des conséquences sur la qualité de vie du malade, à cause des transformations physiques qui peuvent être importantes.

Le psoriasis est une dermatose érythémato-squameuse avec coloration rouge rose de la peau (inflammation dermique et épidermique) et avec de minuscules pellicules de peau (hyper-prolifération des kératinocytes)

Il existe plusieurs formes :
– le psoriasis vulgaire (la plus courante),
– les formes graves: psoriasis érythrodermique, psoriasis pustuleux, rhumatisme psoriasique.
Causes
Malgré toutes les recherches, la cause de la maladie n’est pas connue . Les antécédents familiaux de psoriasis sont fréquents (une fois sur trois on trouve des antécédents de la maladie dans la famille), certains facteurs déclenchants sont identifiés:

– un traumatisme psychologique, le stress déclenche souvent une poussée de psoriasis;
– les infections comme angine, rhino-pharyngite (en particulier a Streptocoque) peuvent déclencher un psoriasis, surtout chez l’enfant, et en particulier la forme dite  » psoriasis en goutte  » (dans le cas d’une famille à hérédité psoriasique, quoique la maladie ne soit pas contagieuse, il pourra y avoir, par effet collatéral une poussée de psoriasis chez plusieurs membres de cette famille);
– la prise de certains médicaments (lithium, béta-bloquants, aspirine, quinine…) et également l’arrêt de certains médicaments (cortisone). Il faut donc que le médecin, le pharmacien soient au courant de la maladie pour minimiser les risques;
– l’ingestion d’alcool (effet aggravant: poussées plus fréquentes et plus rebelles aux traitements), le tabac, …;
– les irritations locales, un traumatisme cutané, une cicatrice récente, … c’est le phénomène de Koebner (*);
– l’exposition au soleil (dans certains cas, car en général le soleil a une action bienfaisante);
– les troubles du sommeil, la fatigue.
(*) Ce phénomène correspond, chez des patients souffrant de maladies cutanées, à l’apparition et au développement de nouvelles lésions sur une peau saine qui vient de subir un traumatisme. Ainsi, chez un patient psoriasique, un traumatisme au niveau d’une région de peau « normale » peut entraîner de nouvelles lésions identiques à celles liées à la maladie. C’est pourquoi le phénomène de Koebner est aussi appelé « réaction isomorphique » (de même forme). Le psoriasis se focalise alors sur les zones soumises à traumatismes.

Symptômes

C’est une maladie de peau chronique caractérisée par des poussées et des rémissions (souvent l’été car le soleil tend à blanchir le psoriasis).
Le psoriasis peut commencer à tout âge, le début de la maladie est progressif, sans que l’état général soit altéré, il existe deux périodes auxquelles il y a plus de risque de l’apparition du psoriasis :

la puberté : il s’agit alors le plus souvent d’un psoriasis avec antécédents familiaux de la maladie,
vers 40-50 ans : ce psoriasis est moins souvent associé à des antécédents familiaux.
La lésion élémentaire est le placard psoriasique, arrondi ou ovale, bien limité, formé d’une base érythémateuse (rougeur) surmontée de nombreux squames en tache de bougie. Les squames correspondent aux cellules mortes en excès qui s’accumulent. Le renouvellement cellulaire est en effet accéléré dans le psoriasis.

Le grattage de la lésion avec une curette fait apparaître une mince pellicule transparente qui, une fois arrachée, découvre un derme congestif (signe de la rosée sanglante). Le prurit (démangeaisons) est rare.

Chez le sujet jeune, l’éruption forme parfois un psoriasis en goutte, de début souvent brutal, pouvant récidiver sur le même mode ou se transformer en forme classique.

La topographie des lésions est très caractéristique, atteignant la face d’extension des membres (genoux, coudes), le dos, les fesses, le pourtour du nombril et le cuir chevelu.

Les lésions évoluent par poussées, régressant et réapparaissant spontanément, sous l’influence d’un stress ou lors d’une infection.

En effet un stress émotionnel, un choc psychoaffectif, une infection (streptocoques), une plaie, une insolation intense, des médicaments locaux, un traitement par la chloroquine, l’arrêt d’une corticothérapie générale, une infection O.R.L. sont parfois retrouvés à l’origine de la maladie ou d’une poussée.

Les différentes formes de la maladie

Plusieurs formes particulières sont décrites, les plus fréquentes sont :

– La forme commune se reconnaît par des plaques rouges, bien délimitées, parfois en relief, pouvant toucher de nombreux endroits du corps. Ces zones produisent des papules et des squames épaisses, grisâtres et adhérentes à la peau. Les zones les plus fréquemment atteintes par cette forme dite aussi « vulgaire » sont les coudes, les genoux, la plante des pieds ou de la paume des mains, le visage, les ongles, le haut des fesses, le cuir chevelu.
– Le psoriasis érythrodermique est une forme de la maladie qui touche de la totalité de la peau qui est alors rouge et œdémateuse. Ce psoriasis est associé à une desquamation importante.
– Le psoriasis pustuleux se traduit par la présence de pustules plates blanc-jaunâtres avec une tendance à la coalescence (adhérence de deux surfaces tissulaires en contact).
– Le rhumatisme psoriasique est caractérisé par des lésions cutanées auxquelles s’ajoute un rhumatisme inflammatoire chronique ( semblable à la polyarthrite) ou un état comparable à la spondylarthrite ankylosante: les lésions articulaires sont surtout localisées aux mains , aux pieds et au bas du dos. .
– Le psoriasis du cuir chevelu est très fréquent, il se manifeste par des plaques sur la nuque, le pourtour des oreilles, le sommet du crâne, et sur le cuir chevelu. Il peut arriver à former de véritables enveloppes croûteuses, appelées « pseudo-teigne amantiacée ». Il peut rappeler une dermite séborrhéïque, dans ce cas il est plus humide, irrité, couvert de squames grasses et démangera, on parle alors de psoriasis séborrhéïque.
– Le psoriasis des plis, encore appelé psoriasis « inversé », il est rouge brillant et lisse. Il est localisé au pli inter-fessier, aux plis inguinaux, et aux plis sous mammaires…
– Le psoriasis des oreilles avec des lésions dans le conduit auditif, sur et autour des oreilles.

Diagnostic

Le diagnostic est basé sur les signes cliniques: plaques rouges surélevées et squameuses, squames grisâtres, localisation à la face d’extension des membres, démangeaisons plus ou moins présentes et plus ou moins intenses.

Il est important de savoir si le malade ne développe pas parallèlement une polyarthrite, car certains des médicaments habituels utilisés contre cette maladie: cortisone, sels d’or et anti-paludéens de synthèse sont contre-indiqués avec le psoriasis.

Il existe des formes moins caractéristiques et certaines localisations de la maladie (cuir chevelu, ongles, plis, …) peuvent rendre le diagnostic plus difficile. Il sera confirmé ou infirmé par l’évolution des lésions, et leur chronicité.

Parmi les risques de confusion, il y a les maladies suivantes:

– dermite séborrhéïque du cuir chevelu,
– lupus
– mycoses,
– dermite de grattage,
– eczéma,
– syphilis au stade secondaire,
– lichen plan,
– épithélioma spino-cellulaire,

Une biopsie peut être utile en cas de doute, afin de confirmer le diagnostic.

Traitements

Le médecin dispose de nombreux traitements efficaces pour traiter les poussées de psoriasis. Ce sont des traitements qui agiront sur les symptômes, et seront différents selon la forme, la localisation et l’étendue du psoriasis, parfois une aide psychique du malade peut être nécessaire.

– pour un psoriasis peu étendu, le plus commun, le traitement consistera à utiliser des pommades décapantes (en général à base d’acide salicylique aux vertus kératolytiques), avec association d’anti-inflammatoires corticoïdes. Les pommades ou lotions à base de goudrons de houille (ichtyol) ou d’huile de cade ne sont plus employées, par contre des analogues de la vitamine D, qui sont kérato-régulateurs, peuvent également être utilisés en application locale. Un dérivé rétinoïde (dérives de la Vitamine A) est aussi utilisé localement, le tazarotène. Son action inhibe la prolifération cellulaire qui est excessive dans le psoriasis, mais il est irritant. Il faut en utiliser très peu et éviter d’en appliquer sur la peau saine (de plus, il faut utiliser une méthode de contraception, car il y a un risque tératogène et éviter le soleil et certains antibiotiques ) .

Par ailleurs, l’exposition au soleil est conseillée en cas de psoriasis peu étendu à étendu (le soleil est généralement réputé comme un facteur d’amélioration).

– pour les psoriasis plus étendus, l’exposition au soleil est aussi conseillée, ainsi que l’utilisation de la photothérapie (Ultraviolet B ou Puvathérapie: prise de psoralène par voie orale, suivie d’exposition aux rayons ultraviolets de forte intensité),

– les formes plus graves sont traitées par des antimitotiques (méthotrexate) ou des immunosuppresseurs (ciclosporine). Ces traitements aux effets secondaires non négligeables nécessitent que le patient soit traités en milieu spécialisé, ou avoir un suivi régulier de son médecin. Dans les psoriasis sévères, la vitamine A et d’autres médicaments sont associés à la puvathérapie, mais leur risque tératogène chez la femme enceinte ou en voie de l’être en limite l’utilisation.

– Les corticostéroïdes par voie orale, sont en général très efficaces, mais ils doivent être utilisés avec précaution et arrêtées progressivement afin d’éviter les rechutes, les phénomènes de rebond, la cortico-dépendance et la cortico-résistance. .

– Le prurit peut être amélioré par la prise d’antihistaminiques.

– Les cures thermales peuvent aussi avoir une certaine efficacité: MOLITG-LES-BAINS, DIGNE-LES-BAINS, LA ROCHE-POSAY, SAINT-CHRISTAU, SAINT-GERVAIS-LES-BAINS, URIAGE-LES-BAINS.

Le traitement du psoriasis est long et contraignant, les patients doivent donc être suivis de manière régulière.

Conseils

– avoir une bonne hygiène de vie (éviter café et alcool),
– pour les diabétiques: surveiller l’équilibre de leur glycémie,
– ne pas arracher les squames,
– éviter les coups de soleil (utilisation de crème solaire de haute protection),
– hydrater le corps avec des crèmes à base d’urée ou d’acide lactique,
– utiliser des pains dermatologiques (éviter le savon de Marseille),
– ne pas utiliser des dermocorticoïdes sans avis médical,
– respecter le traitement prescrit,
– porter des gants lors des activités ménagères quand il y a psoriasis des mains.

Les plantes à risques toxiques
Piqûres et Morsures