Le reflux gastro-œsophagien

C’est une maladie fréquente, toute la population peut être concernée, avec cependant une prédominance pour les personnes de plus de 50 ans. Une personne sur cinq aurait un reflux gastro-œsophagien par semaine, entraînant chez la moitié des malades des lésions au niveau de l’œsophage.

Le RGO (Reflux Gastro-Œsophagien) est défini par la remontée de sucs gastriques, depuis l’estomac, vers l’œsophage. L’œsophage ayant une muqueuse moins protectrice vis à vis des acides présents dans ces sucs, ceux ci provoqueront des brûlures, avec ou sans lésions inflammatoires.

Pourquoi il y a-t-il RGO ?

Cette pathologie apparaît quand le sphincter qui se trouve en bas de l’œsophage, laisse passer les sucs gastriques, la valve ne remplissant pas correctement son rôle qui est d’empêcher les sucs gastriques acides de remonter.

Il existe plusieurs causes:

  • l’obésité,
  • le tabac, l’alcool, le thé, les aliments acides (tomates, oranges, …), les épices, le café, les colas, l’ail, l’oignon, le chocolat, …
  • l’âge (surtout au delà de cinquante ans),
  • la grossesse,
  • et certains médicaments (par ex. des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS, des antidépresseurs, les antagonistes du calcium, les corticostéroïdes).

NB: certains chercheurs pensent que le RGO est lié à une affection appelée hernie hiatale due à la remontée de la partie supérieure de l’estomac dans la cavité thoracique à travers le diaphragme. Les personnes aux prises avec un RGO grave ont presque toujours une hernie hiatale.

Quels sont les symptômes ?

Le premier symptôme d’un RGO est une sensation de brûlure derrière le sternum et qui est susceptible d’aller jusqu’au fond de la gorge. Cette brûlure , gênante, voire douloureuse, peut persister une à deux heures et sera augmentée si le malade s’allonge, se penche et avec certains aliments ou boissons (voir plus haut).

Mais il existe aussi d’autres symptômes qui peuvent être présents, tels que:

  • régurgitation (retour dans la gorge ou la bouche, sans effort de vomissement, d’aliments qui viennent d’être avalés ), pouvant aller jusqu’à des vomissements réels,
  • production importante de salive, goût désagréable dans la bouche ou l’arrière bouche (amer ou aigre),
  • renvois (action de rejeter par la bouche des gaz provenant de l’estomac: rots),
  • mauvaise digestion,
  • par ailleurs, l’inhalation du reflux acide peut provoquer: toux, enrouement, respiration sifflante.

Tous ces symptômes sont plus intenses après les repas.

Si la RGO n’est pas traitée, elle peut disparaître (plus facilement avec un régime ou quelques prises de médicaments) ou entraîner des complications telles que:
– sténose (rétrécissement) de l’œsophage due à la formation de cicatrices, la déglutition peut être difficile et douloureuse,
– œsophagite (inflammation de l’œsophage) qui peut rendre également la déglutition douloureuse,
– pharyngite (inflammation de la gorge) qui touche les cordes vocales et peut se manifester par un enrouement,
– problèmes dentaires ( à cause de l’acidité des reflux),
– asthme,
– et un endo-brachyœsophage (syndrome de Barrett): qui résulte de la cicatrisation anormale d’une région de la muqueuse de l’œsophage détruite par un ulcère. La muqueuse habituelle est remplacée par du tissu qui ressemble à celui de l’estomac ou des intestins. Les personnes atteintes de cette affection pourraient présenter éventuellement un risque accru de cancer de l’œsophage.

Comment se fait le diagnostic ?

Le médecin fera son diagnostic d’après les symptômes décrits précédemment. Pour les formes sévères avec brûlures d’estomac intenses et chroniques, il peut y avoir des examens complémentaires tels que: radiographie, test respiratoire, analyse de sang, mesure du pH de l’œsophage.

Ces examens permettent de détecter d’autres problèmes possibles: ulcères gastro-duodénaux, présence d’une bactérie appelée Helicobacter pilori.

L’examen le plus important reste l’endoscopie: un tube optique est introduit par la bouche, par un médecin, pour voir l’intérieur de l’œsophage. En cas de syndrome de Barrett, le médecin sera amené à examiner une fois par an ou tous les deux ans les personnes atteintes de cette affection afin de repérer des transformations évocatrices de tumeurs cancéreuses.

Attention: ne pas confondre les symptômes du RGO et ceux d’une crise cardiaque.
Dans le second cas, la douleur se déplace progressivement vers l’extrémité du bras gauche ou des deux bras, alors que, lors d’un RGO, la douleur est fixe dans la partie supérieure de la poitrine. En outre, l’exercice peut aggraver la douleur thoracique d’une personne ayant une crise cardiaque (ou souffrant d’une maladie cardiaque), tandis que le repos et certains médicaments peuvent lui procurer du soulagement. Par contre, l’activité physique n’influe pas sur la douleur à type de brûlure associée au RGO.

La prévention et le traitement du RGO

La prévention est basée sur le changement du mode de vie du patient, en éliminant les causes énumérées plus haut.

Pour le traitement, des médicaments sont aussi prescrits. Ils agissent soit:

– sur les symptômes: anti-acides pour neutraliser l’acidité des suc gastriques, voir liste
– sur la production d’acide gastrique:
– avec les antagonistes des récepteurs H2: cimétidine, ranitidine, famotidine, nizatidine (nom des molécules en DCI)
– ou avec les inhibiteurs de la pompe à protons: oméprazole, lansoprazole, pantoprazole, ésoméprazole, rabéprazole ((nom des molécules en DCI) – (en cas d’œsophagite, les inhibiteurs de la pompe à protons sont légèrement plus efficaces que les antihistaminiques anti-H2).
– sur le passage facilité de l’estomac vers l’intestin: cisapride, dompéridone, métoclopramide (nom des molécules en DCI)

La maladie étant chronique, le traitement sera poursuivi sur une assez longue durée.

Une autre forme de traitement fort simple consiste à pratiquer plusieurs éructations. Une étude japonaise a montré que l’estomac peut contenir jusqu’à quatre litres d’air. L’air coincé transforme alors l’estomac en ballon très gonflé, et si la valve (spincter) est affaiblie, les acides gastriques et les aliments seront repussés vers l’œsophage. Les éructations peuvent donc réduire la présence d’air et ainsi la pression des aliments vers l’œsophage.
Dans les formes graves, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Quelques conseils pour vous soulager

En plus de la prise des médicaments, et afin de vous soulager plus durablement, et rapidement, voici quelques conseils, dont certains sont très faciles à suivre:
– limiter les repas trop copieux et trop riches, et manger lentement (aliments gras et tabac inhibent le sphincter inférieur de l’œsophage),
– fractionner les repas (au lieu de prendre 3 repas complets par jour, faire des repas moins copieux et plus fréquents),
– ne pas s’allonger immédiatement après un repas(attendre au moins deux heures), donc prendre le repas du soir le plus tôt possible,
– réduire la consommation d’alcool, de caféine, de colas (Pepsi®, Coca®, etc …) – (café, boissons alcoolisés, vitamine C augmentent la sécrétion acide de l’estomac),
– arrêter de fumer,
– perdre l’excès de poids,
– faire de l’exercice physique régulièrement,
– surélevez la tête du lit de 15 cm environ…

Les antiacides (liste non limitative, certains nécessitent une prescription médicale):

Acidrine
Alginate/Bicarbonate de
Sodium
Anti-H
Azym
Bicarbonate de Sodium
Carbosymag
Contracide
Dextoma
Digestif Marga
Dops
Gaopathyl
Gastralugel
Gastropax
Gastropulgite
Gaviscon
Gavisconell
Gelox
Gélusil
Hepatoum Brûlure
d’estomac
Hydroxydes
Aluminium-Magnesium
Isudrine
Jecobiase
Jecopeptol
Kaobrol
Kaologeais
Maalox
Mab
Marga
Moxydar
Mutesa
Neutroses
Pepsane
Phosphalugel
Phosphalugel
Polysilane
Rennie
Rennie Deflatine
Riopan
Rocgel
Seroxydar
Smecta
Tablettes Dops
Topaal
Ulfon
Xolaam
Les plantes à risques toxiques
Piqûres et Morsures