Comment soigner une toux avec de la codéine ?

Publié le : 25 août 20218 mins de lecture

La codéine, un opiacé, est utilisée en médecine pour traiter la toux sèche.

Elle est également utilisée en combinaison avec du paracétamol ou d’autres analgésiques.

Comme la codéine a un effet amortisseur sur le centre respiratoire, elle peut provoquer une dépression respiratoire comme effet secondaire.

La substance active n’est donc pas adaptée aux personnes souffrant d’une insuffisance respiratoire.

Pour en savoir plus sur l’effet, les effets secondaires et le dosage de la codéine, lisez la suite.

Effet de la codéine

La codéine est un opiacé et appartient au groupe des opioïdes en raison de ses propriétés morphiniques.

Ce groupe comprend également des substances actives telles que la morphine, la méthadone, le fentanyl, l’oxycodone, le tramadol et la tilidine.

D’une part, la codéine est utilisée comme antitussif pour les toux irritables.

Une telle toux improductive peut se produire, par exemple, dans le cadre d’un rhume ou d’une bronchite.

Contrairement à une toux productive, la toux irritable n’implique pas de cracher du mucus.

Deuxièmement, la codéine est utilisée avec le paracétamol comme analgésique pour le traitement des douleurs modérées à sévères.

Elle est utilisée entre autres pour les maux de dents, les douleurs menstruelles ou après des opérations chirurgicales.

Outre le paracétamol, la codéine est également associée à d’autres analgésiques tels que le diclofénac ou l’acide acétylsalicylique.

Dans le passé, la codéine était également utilisée comme drogue de substitution pour le sevrage de l’héroïne.

À découvrir également : Les stéroïdes pour soigner l’asthme : bonne ou mauvaise idée ?

Les effets secondaires de la codéine

Les effets secondaires les plus fréquents de la codéine sont la fatigue, la constipation et les maux de tête.

Des nausées et des vomissements peuvent également survenir au début du traitement.

Parmi les rares effets secondaires, citons les démangeaisons, la sécheresse de la bouche, les troubles du sommeil, les bourdonnements d’oreilles et l’essoufflement.

Très rarement, le traitement peut entraîner une prise de poids.

Les patients qui sont particulièrement sensibles ou qui prennent de fortes doses peuvent ressentir d’autres effets secondaires.

Il s’agit, par exemple, d’un état d’esprit pathologique, d’une diminution de la pulsion respiratoire et d’une détérioration des performances visuelles.

Si la codéine est prise sur une longue période et à fortes doses, le principe actif peut créer une dépendance.

À explorer aussi : Les avantages du spray nasal à la naloxone

Dosage de la codéine

Les médicaments contenant de la codéine pour le traitement de la toux sont disponibles sous différentes formes de dosage.

Les gouttes ou le jus sont particulièrement courants, mais il existe aussi des comprimés de codéine.

Avec le paracétamol, la codéine est également disponible sous forme de gélules, de comprimés et de suppositoires.

Selon que le principe actif est utilisé pour traiter la toux ou la douleur, la dose varie. Si la codéine est utilisée pour traiter la toux sèche, une dose de 15 à 60 milligrammes peut être administrée toutes les six à huit heures, en fonction de la gravité de la toux.

Chez les enfants, la dose devrait être plus faible en conséquence.

Si, en revanche, l’opiacé est utilisé pour traiter la douleur, le dosage dépend, entre autres, de la combinaison de préparation utilisée.

En général, il ne faut pas prendre plus de 240 milligrammes de codéine par jour.

La quantité exacte de la substance active à prendre doit être discutée avec votre médecin traitant.

Mauvaise interactions entre la codéine et autres médicaments

La codéine ne doit pas être prise en même temps que des médicaments qui ont un effet atténuant sur le système nerveux central.

Ces médicaments sont par exemple des somnifères, des tranquillisants ou des psychotropes.

Sinon, les effets secondaires peuvent être accrus.

Cela peut entraîner une augmentation de la fatigue et des étourdissements ainsi qu’une difficulté accrue à respirer.

Même si des antihistaminiques ou des anti-hypertenseurs sont pris en même temps, les effets secondaires peuvent être accrus.

Des troubles respiratoires peuvent également survenir si des substances actives du groupe des antidépresseurs tricycliques sont utilisées en même temps.

Si l’effet de la codéine peut être renforcé par la cimétidine, le principe actif lui-même renforce à son tour l’effet des analgésiques.

En outre, l’administration simultanée d’inhibiteurs de la monoamine (MAO) peut augmenter l’effet sur le système nerveux central.

Il est donc conseillé de faire une pause de deux semaines entre le traitement par les inhibiteurs de la MAO et la codéine.

L’alcool ne doit pas être consommé pendant la prise de médicaments contenant de la codéine.

Contre-indications

La codéine ne doit pas être utilisée en cas de toux chronique, car ce symptôme peut être un signe d’asthme bronchique, en particulier chez les enfants.

Ce n’est qu’après une évaluation minutieuse des risques et des avantages par le médecin traitant que la codéine peut être utilisée en cas d’altération de la conscience, d’augmentation de la pression intracrânienne, de troubles de la fonction respiratoire ou du centre respiratoire, de dépendance aux opiacés et de constipation.

Il faut également être prudent en cas d’hypotension due à un volume sanguin insuffisant.

Allaitement et grossesse

Pendant les trois premiers mois de la grossesse, la codéine ne doit être prise que sur l’avis d’un médecin, si tant est qu’elle le soit.

En effet, la substance active peut provoquer des malformations chez l’enfant à naître.

L’opiacé ne doit pas non plus être utilisé peu avant la naissance ou si une naissance prématurée est imminente, sinon le nouveau-né peut souffrir de problèmes respiratoires.

Si la codéine est prise sur une longue période pendant la grossesse, l’enfant à naître peut développer une dépendance à la substance active.

Si l’opiacé est utilisé plus fréquemment au cours du dernier tiers de la grossesse, des symptômes de sevrage peuvent apparaître chez le nourrisson après la naissance.

Pendant la période d’allaitement, les médicaments contenant de la codéine doivent également être évités si possible.

En effet, la substance active peut passer dans le lait maternel et provoquer des symptômes tels que la léthargie, la somnolence et la faiblesse du bébé.

Bien qu’il n’y ait probablement aucun danger avec une seule prise, l’allaitement doit être interrompu dans tous les cas avec une prise répétée.

La codéine chez les enfants

Le traitement à la codéine ne convient pas aux enfants de moins de deux ans, car il existe un risque accru de dépression respiratoire.

Afin d’éviter des effets secondaires indésirables, la posologie doit également être respectée chez les enfants plus âgés.

En général, la dose prise par les enfants doit toujours être maintenue aussi faible que possible.

Si des symptômes tels que l’essoufflement, la somnolence ou la confusion apparaissent, le traitement doit être arrêté immédiatement.

Plan du site