Les différents traitements de la polyarthrose

Plus de la moitié des femmes de plus de 50 ans souffrent de raideurs et parfois de douleurs aux doigts, généralement la nuit ou après un repos prolongé. Si ces premiers signes de polyarthrose qui se manifestent d’abord au niveau des doigts ne sont pas traités à temps, ils entraînent un gonflement, une immobilité et même une déformation des articulations engendrant des douleurs à chaque mouvement.

Polyarthrose, signe de sénilité ?

La polyarthrite rhumatoïde est définie comme une maladie dégénérative et un signe d’usure. Malgré tout, les personnes concernées par ce trouble ne doivent pas rester inactives. Différentes techniques de traitement polyarthrose existent en effet, allant des simples mobilisations articulaires à la chirurgie.

L’arthrose ou polyarthrose des doigts est très courante. Elle touche neuf fois plus souvent les femmes que les hommes. Ce trouble revêt également des caractères héréditaires.

La cause principale de la polyarthrose est l’usure des articulations. Même si la polyarthrose des doigts peut se produire en même temps qu’une maladie inflammatoire de chaque articulation, ces deux maladies doivent être séparées l’une de l’autre en raison des différences au niveau des symptômes mais aussi des particularités de chaque traitement.

La douleur au niveau des extrémités osseuses des phalanges est généralement considérée comme un simple symptôme de vieillesse. Il existe néanmoins des thérapies efficaces et douces qui peuvent retarder la progression de la maladie, surtout si elle est diagnostiquée au plus tôt.

Les médicaments et les interventions chirurgicales sont préconisés uniquement si les troubles au niveau de chaque cartilage articulaire est déjà à un stade assez avancé.

« Dans certains cas, au tout début de la maladie, certains patients peuvent déjà avoir des difformités osseuses aux mains. D’autres peuvent ne pas souffrir du tout », déclare le Professeur Ralph Gaulke, vice-président de la Société allemande de rhumatologie orthopédique (DGORh) et chef de la section de chirurgie des extrémités supérieures, du pied et des rhumatismes à la faculté de médecine de Hanovre.

A ce premier stade de l’évolution de l’arthrose digitale et dérivés, les patients sont tenus d’entretenir la mobilité de leurs articulations en bougeant leurs doigts quotidiennement. L’activité physique modérée est également conseillée pour traiter les symptomes arthrose.

Polyarthrite rhumatoïde, inflammation ou usure ?

A l’apparition des premières douleurs, il est important de savoir s’il est question d’une douleur liée à l’inflammation, caractérisée par « une articulation chaude », ou plutôt liée à l’usure, avec pour particularité une « articulation froide ».

Pour une usure constatée, l’application de chaleur a un effet analgésique sur chaque articulation endommagée. Au besoin, l’application de glace peut aider à soulager douleur articulaire. Des attelles sur mesure peuvent encore soulager l’articulation douloureuse et apporter un peu de confort.

Si la polyarthrose du doigt s’accompagne d’une inflammation, elle est plus difficile à traiter. La personne souffrant arthrose peut alors avoir recours à des traitements médicamenteux, à des antidouleurs et anti-inflammatoires comme le paracétamol et dérivés. « Malheureusement, ce n’est pas une solution permanente. Dans la plupart des cas, des effets secondaires graves touchant le système cardiovasculaire et le tractus gastro-intestinal sont les résultats d’une telle médication », avertit l’expert Gaulke. Ce scientifique encourage, dans un premier temps, le traitement des douleurs par la chaleur et le froid.

Traitement de la polyarthrite par la chirurgie

Si les applications de chaud et froid n’ont plus aucun effet tangible, si les médicaments antidouleur ne sont pas tolérés à long terme par l’organisme et si la douleur arthrite des doigts s’aggrave au point de limiter la capacité du patient à mouvoir ses mains, la chirurgie peut être envisagée pour le traitement polyarthrose.

Les articulations du pouce et de l’index sont souvent affectées par la polyarthrite. Dans l’articulation du pouce, le métacarpien frotte à chaque mouvement et contre le polygone un os carpien. Il est donc retiré lors d’une opération.

Selon les constatations des chirurgiens, l’écart restant, après chirurgie, entraîne une nouvelle instabilité du pouce après un certain temps. C’est pourquoi certains chirurgiens ont décidé d’utiliser un écarteur en plastique au lieu de l’os. Celui-ci se dissout lentement et est remplacé par du tissu cicatriciel solide – avec de très bons résultats cliniques.

Pour les articulations du milieu et de l’extrémité des doigts, le raidissement des articulations apporte les meilleurs résultats. Nous ne devrions utiliser cette méthode que lorsque la douleur ne peut plus être traitée autrement – La conséquence d’un raidissement est une perte complète de la fonction de l’articulation concernée.

La fonction des articulations ne doit pas être sous-estimée. Le pouce et l’index permettent la préhension comme mouvement de base pour une vie indépendante. Les autres doigts et articulations jouent également leur rôle, en stabilisant la prise et en aidant à soulager l’articulation du pouce. Voilà pourquoi la règle suivante s’applique : lorsque les premières douleurs apparaissent dans les articulations des doigts, les personnes concernées doivent consulter un médecin afin que la maladie puisse être traitée de manière optimale à un stade précoce.

Armoire à pharmacie : préparez-la pour l’hiver !
La vaccination contre la grippe est-elle utile pour les enfants ?