La Rhinopharyngite

C’est une affection très fréquente, surtout chez l’enfant, chez qui elle représente une des premières causes de consultation du docteur. Chez le jeune enfant, entre 6 mois et 8 ans, c’est même la première cause de consultation, ce qui en fait un problème important de santé publique.

La fréquence de la maladie est très importante chez les enfants mis en crèches (5 à 8 par an en moyenne ) ou lors de l’entrée à l’école maternelle pour les autres
Le bébé bénéficie de la protection de l’immunité maternelle jusque vers l’âge de six mois. Au delà, il perd l’immunité maternelle, et il doit développer ses propres défenses; cette immunité qu’il acquerra petit à petit, se fera en fonction des germes qu’il rencontrera.

Le contact permanent des voies aériennes supérieures avec le milieu ambiant explique la fréquence des rhinopharyngites chez l’enfant lors de ses premiers contacts avec d’autres enfants: garderie, crèche, …. Après l’âge de 8 ans, le système immunitaire de l’enfant s’étant développé, les rhinopharyngites sont beaucoup moins fréquentes.
La maladie se manifeste par une inflammation aiguë ou chronique des muqueuses du pharynx supérieur (rhino-pharynx), et des muqueuses nasales.
Cette affection bénigne guérit spontanément en quelques jours dans la très grande majorité des cas.
Trop souvent les antibiotiques sont prescrit, alors qu’il semble, d’après des études médicales, que leur utilité ne soit pas établie pour cette pathologie: la durée de l’infection n’étant pas raccourcie, et la fréquence des complications n’étant pas diminuée.

( Cette maladie étant virale et n’ayant à l’heure actuelle aucun antiviral adapté, l’utilisation d’un antibiotique n’est donc pas justifiée).

Pour diminuer la fréquence de cette affection, il existe des moyens simples et efficaces, dont nous parlerons plus bas.

Les causes de la maladie

Cette pathologie est due à une infection par un virus (environ deux cents virus peuvent être mis en cause : rhinovirus, adénovirus, virus respiratoire syncitial, virus influenzae et para influenzae,coronavirus, entérovirus, …).
Les principaux problèmes sont :

– les complications possibles de surinfection bactérienne,
– la grande contagiosité qui se fait par voie aérienne.

L’immunité étant de courte durée, la réinfection reste fréquente.

Les symptômes de la maladie

La période d’incubation dure de 2 à 3 jours, puis l’enfant a souvent les signes suivants :

– obstruction nasale,
– éternuements,
– toux (surtout nocturne, c’est une toux réflexe due à l’écoulement des sécrétions nasales),
– inflammation du pharynx,
– rhinorrhée antérieur ou/et postérieure parfois purulente (ne signifiant pas obligatoirement une surinfection bactérienne),
– fièvre pouvant dépasser 38,5°C, pouvant persister pendant quelques heures à quelques jours 3 ou 4), .
attention à ne pas confondre avec:
– corps étranger dans le nez,
– si fièvre élevée avec conjonctivite et taches de Koplick: début de rougeole,
– syphilis congénitale (lors des premières semaines du bébé)
– allergie

Comment est diagnostiquée la maladie

Les symptômes énoncés ci-dessus permettent d’établir l’examen clinique. À l’auscultation, elle sera confirmée par la présence d’une inflammation de la muqueuse rhinopharyngée et une augmentation du volume des ganglions sous-angulo-maxillaires.
L’examen aura pour but de rechercher une éventuelle complication et d’éliminer d’autres affections, surtout chez les enfants de moins de 6 mois, qui doit bénéficier de la protection immunitaire de la mère.

L’évolution de la maladie

C’est une pathologie bénigne, qui s’arrête normalement au bout de 7 à 10 jours. Cependant, un faible pourcentage d’enfants peut avoir des surinfections bactérienne (principalement otite et sinusite). Mais l’utilisation d’antibiotiques , comme traitement préventif, ne semble pas prévenir ces pathologies.

Le traitement de la maladie

Le traitement de la rhinopharyngite est avant tout symptomatique :
– Lavage des fosses nasales, avec du sérum physiologique, surtout avant les repas et au moment du coucher; il est possible de faire une aspiration des sécrétions avec une poire en caoutchouc chez les petits nourrissons. Les gouttes nasales décongestionnantes sont déconseillées avant quatre ans, après cette âge, seulement pour un traitement de courte durée.
– humidifier l’air et donner souvent à boire pour hydrater l’enfant (les sécrétions en seront fluidifiées, et seront mieux éliminées : la carbocystéïne fluidifie aussi les sécrétions)
– Antipyrétiques-antalgiques, si nécessaire, en privilégiant le paracétamol et de l’ibuprofène

Kamillosan océan spray nasal

Les sirops contre la toux pour enfant n’auront aucun effet car l’enfant tousse pour se débarrasser des sécrétions qui encombrent ses voies respiratoires, surtout la nuit si l’enfant dort sur le dos.
Les antibiotiques ?
L’antibiothérapie n’est justifiée qu’en cas de complication bactérienne, leur utilisation pour palier ces complications n’a été démontrée par aucune étude.
L’adénoïdectomie ?
L’ablation chirurgicale des végétations, peut être nécessaire quand elles sont la cause d’un foyer d’infections à répétition.

Soigner par les plantes

Prévenir la maladie:

– Encourager l’allaitement maternel (meilleure immunité)
– Arrêter le tabac à côté des enfants (le tabagisme passif facilite l’arrivée de la rhinopharyngite),
– Essayer de changer le mode de garde, en effet les enfants gardés en crèche augmentent par 4 le risque d’avoir une infection par rapport à ceux accueillis par une nourrice.

Conseils

– le bébé ne peut pas boire et respirer en même temps, il convient donc de fractionner les biberons et de ménager des pauses entre les tétées,
– maintenir la température où se trouve l’enfant autour de 20°C, si possible y installer un humidificateur ce qui permet de réduire la toux et de liquéfier les sécrétions des voies respiratoires,
– le recours aux antibiotiques n’est justifié qu’en cas de complication avérée, supposée bactérienne (otite moyenne aiguë, sinusite) ; dans le cas contraire, ils ne sont pas nécessaires et apportent des inconvénients tels que développement de résistances, troubles digestifs, allergies, résistances, etc …

Glycémie – Hémoglobine glyquée (HbA1c)
La varicelle (et le zona)