La rougeole

Définition

La rougeole est une infection virale très contagieuse (le virus responsable est le paramyxovirus). Cette infection dure environ quinze jours, si il n’y a pas de complications.

Le virus se transmet par de minuscules gouttelettes produites par le sujet infecté lorsqu’il tousse, respire ou éternue. Le virus de la rougeole est très contagieux (contagion évaluée à 90% sur les sujets non vaccinés vivant sous le même toit), mais il ne peut pas survivre très longtemps sur des objets tels que les poignées de porte, les appareils téléphoniques, etc … On estime que le virus peut survivre de quarante minutes à une heure et quart après qu’une personne ayant la rougeole ait quitté la pièce où il était.

Avant que les campagnes de vaccination soient généralisées, presque tous les enfants contractaient la rougeole. De nos jours, il y a peu de nouveaux cas dans les pays développés, mais cette affection se produit toujours de façon épidémiques dans les pays en voie de développement.

La rougeole est évitable par la vaccination. Il n’existe qu’un type antigénique du virus de la rougeole, ce n’est pas un virus qui varie comme celui de la grippe, et l’homme est le seul réservoir pour le virus. Cela signifie que si on parvient à avoir un taux d’immunisation élevé dans tous les pays, il peut être possible d’éradiquer la maladie.

Contamination

Une personne porteuse du virus peut transmettre l’infection de quatre jours avant et jusqu’à cinq jours après l’apparition de l’éruption cutanée.

Une fois en contact avec une personne porteuse du virus de la rougeole, l’éruption cutanée apparaîtra environ 14 jours plus tard: c’est la période d’incubation (cela peut aller jusqu’à trois semaines). Il est préférable d’isoler les sujets atteints de rougeole pour ne pas infecter les autres (voir plus bas).

Les symptômes, qui apparaissent après ce délai, sont les suivants:

  • Fièvre pouvant atteindre 40° C,
  • Toux et nez qui coule,
  • Yeux rouges et irrités, sensibilité à la lumière,
  • Environ 2 jours après l’apparition des premiers symptômes, de petits points rouges irréguliers avec un centre blanchâtre ou bleuâtre se développeront; ces taches de Koplick apparaissent à l’intérieur des joues près des molaires.
  • Une éruption de points rouges qui commence sur la tête et le visage et qui va couvrir ensuite le reste du corps.

L’éruption commence habituellement à régresser en moins de cinq jours, en commençant par la tête, avant de disparaître des parties inférieures du corps (jambes). Une fois que l’éruption a disparu, la peau peut être légèrement brunâtre et des couches de peau sur la tête se desquament quelques temps après.

L’éruption cutanée n’est pas douloureuse et ne provoque habituellement pas de démangeaisons.

Diagnostic

Il est important de détecter la rougeole dès que possible, car cette affection est contagieuse dès quatre jours avant l’éruption cutanée.

Les premiers signes, avant l’éruption cutanée, sont la fièvre, la toux, les éternuements et les yeux rouges. Ils sont utiles pour diagnostiquer la rougeole.

L’examen de la cavité buccale va être très révélateur. Le médecin va rechercher les taches de Koplick (voir plus haut) qui se développent sur la face interne des joues, à proximité des molaires. Ces taches de Koplick sont un signe certain de rougeole et apparaissent environ deux jours après les premiers symptômes, c’est-à-dire environ deux jours avant l’apparition de l’éruption.

Complications

L’évolution de la rougeole est simple avec peu de complications, les malades se rétablissent après l’infection, mais dans certains cas, des problèmes peuvent survenir:
– Chez un enfant sur 10, elle peut se compliquer d’infections de l’oreille moyenne ou de pneumonie.
– La complication la plus fréquente est une infection pulmonaire d’origine bactérienne, appelée pneumonie. Cela est dû à l’occasion que les bactéries ont d’infecter l’organisme déjà contaminé et affaiblit par un virus.
– L’otite est une deuxième infection bactérienne courante qui se produit suite à une inflammation des tissus causée par le virus.
– Chez un enfant sur 1 500 environ, elle peut causer une encéphalite, une infection du cerveau, et causer aussi des lésions au cerveau. Il n’y a pas de remède, mais les patients peuvent guérir spontanément sans aucun problème. Des personnes auront malgré tout des séquelles permanentes comme des convulsions. Dans une minorité de cas, le virus peut demeurer en permanence dans le cerveau et devenir actif des années plus tard pour provoquer une réinfection et des lésions au cerveau. Cela provoque une affection nommée panencéphalite sclérosante subaiguë (PESS), qui est souvent fatale. Elle est très rare et survient dans environ quatorze cas de rougeole sur un million.
– La rougeole peut entraîner la mort : très rare dans les pays développés, plus fréquemment dans les autres.
– Chez les femmes enceintes, la rougeole peut provoquer fausse couche, malformations congénitales ou accouchement prématuré.
C’est chez les nourrissons et les adultes de plus de 20 ans que la maladie est la plus virulente.

Attention: pendant la convalescence, les enfants restent fragiles vis-à-vis des infections car leurs défenses immunitaires sont provisoirement diminuées.

Traitement et Prévention

Il n’existe pas de médicaments qui puissent combattre le virus, les seuls traitements utilisés seront pour soulager les symptômes:
– antipyrétiques pour faire baisser la fièvre,
– médicaments contre la toux et les maux de gorge peuvent aussi aider.
Les personnes non vaccinées âgées de plus de 12 mois ou les personnes qui ont reçu une seule dose du vaccin contre la rougeole et qui ont été exposées à la maladie peuvent être protégées si elles reçoivent une dose du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (R.O.R.) dans les 72 heures qui suivent l’exposition.

La vaccination contre la rougeole protège plus de 95 % d’enfants contre la maladie, la protection dure toute la vie.

Pour les mères qui ont déjà eu la rougeole, le nouveau-né est protégé pendant environ un an grâce au transfert d’anticorps spécifiques provenant du système immunitaire de la mère. C’est pour ces raisons que le vaccin contre la rougeole peut ne pas être efficace s’il est administré durant la première année de vie de l’enfant. voir calendrier vaccination et vaccin R.O.R.

Si une femme enceinte ou un nouveau-né est exposé au virus de la rougeole, il leur sera fait une transfusion d’immunoglobulines sériques. Elles contiennent des anticorps spécifiques qui permettent à l’organisme de se défendre contre le virus.

Si vous avez eu la rougeole durant votre enfance, vous êtes probablement immunisé(e).

ACTUALITÉ: le retour de la rougeole et l’intérêt de la vaccination

La DGS insiste sur l’importance de la vaccination contre la rougeo le 23/03/2011

Préoccupées par l’épidémie de rougeole qui explose en France depuis 2010, les autorités de santé mettent l’accent sur l’importance de la vaccination.

« L’épidémie de rougeole est préoccupante », a estimé Didier Houssin, directeur général de la santé (DGS), lors d’une conférence de presse le 23 mars. 5000 cas ont été déclarés en France en 2010 et 3700 depuis le début de l’année 2011. Pour Françoise Weber, directrice générale de l’institut de veille sanitaire (InVS), ces chiffres seraient d’ailleurs sous-estimés, « un certain nombre de médecins ne déclarant plus les cas du fait de leur recrudescence ». L’InVS estime que 50% des cas ont été signalés en 2009-2010 et seulement un tiers des cas en 2011.

L’épidémie touche tout le territoire français, mais de façon très inégale : l’explosion des cas concerne essentiellement la moitié sud, en particulier les régions Midi-Pyrénées et PACA.Une situation étroitement corrélée à la couverture vaccinale, meilleure au Nord. Par ailleurs, la rougeole touche des tranches d’âge auparavant épargnées, comme les enfants de moins d’1 an et les jeunes de plus de 20 ans et les complications sont plus fréquentes.

Autre motif d’inquiétude : les professionnels de santé sont insuffisamment vaccinés, seuls 67% des médecins ayant reçu une dose du vaccin, 55% des aides-soignantes et 42% des sages-femmes. Seules les infirmières, avec 92,7% de couverture vaccinale, font figure de bonnes élèves.

Pour enrayer cette épidémie, la DGS met l’accent sur l’importance de la vaccination. « Le plus difficile est de toucher les adolescents et les jeunes adultes, pour les inciter à effectuer un rattrapage de vaccination », a reconnu Didier Houssin.

« Il faut sensibiliser le public au fait la rougeole n’est pas une maladie d’un autre temps, ni une maladie bénigne », a complété Nora Berra, secrétaire d’Etat à la Santé. Pour cela, des actions de sensibilisation seront menées en avril dans le cadre de la semaine européenne de la vaccination, en direction du grand public, mais aussi des professionnels de santé.

Calendrier vaccinal 2011 : pleins feux sur la vaccination anti-rougeole (http://www.impactsante.fr)

Dans sa livraison du 22 mars, le BEH publie le nouveau calendrier vaccinal. La principale innovation concerne la vaccination contre la rougeole, pour lutter contre l’épidémie qui sévit en France. Deux doses de ROR sont désormais nécessaires chez les 20-29 ans.

« Pour lutter contre l’épidémie actuelle de rougeole qui ne fait que croître, le calendrier vaccinal 2011 revoit les recommandations sur la vaccination anti-rougeole », annonce le Pr Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations (CTV). Au total, plus de 7000 cas de rougeole ont été recensés depuis 2008, dont 5000 pour la seule année 2010.

« Etablies en 2005, dans le cadre du Plan d’élimination de la rougeole, les précédentes recommandations prônaient une seule dose de vaccin chez les sujets nés entre 1980 et 1992 », raconte le Pr Floret. Mais elles n’étaient plus adaptées. « Les 20-29 ans sont particulièrement touchés par l’épidémie actuelle de rougeole », indique le Pr Floret. « Or parmi les 20-29 ans ayant fait une rougeole, 22% avaient reçu une dose de vaccin. Par conséquent, une seule dose ne suffit pas pour protéger cette tranche d’âge », explique le président du CTV.

Deux doses de ROR chez les 20-29 ans

Publié dans le BEH du 22 mars, le nouveau calendrier vaccinal porte à deux le nombre de doses de vaccin anti-rougeole recommandées chez les 20-29 ans, à l’aide du vaccin trivalent ROR (rougeole, oreillons, rubéole).Rappelons que le vaccin anti-rougeole a été introduit dans le calendrier vaccinal français pour tous les nourrissons en 1983. « Tous les enfants à l’âge de 24 mois devraient avoir reçu deux doses de vaccin ROR », rappelle l’InVS : la première dose à l’âge de 12 mois, la seconde entre 13 et 24 mois, en respectant un délai d’au moins un mois entre les deux doses. « La couverture vaccinale actuelle est de 90% pour la première dose de vaccin ROR. Pour la seconde dose, elle est de 30% à 40% seulement à l’âge de 24 mois, mais atteint sans doute 60% à 70% vers 3 ans », précise le Pr Floret. Chez les jeunes enfants, la couverture vaccinale n’est donc pas si mauvaise. « Le problème vient plutôt du rattrapage chez les grands enfants et les adolescents qui n’ont pas été vaccinés ou qui n’ont reçu qu’une seule dose : ils représentent une énorme cohorte de sujets réceptifs ». Pour ceux-là, deux doses sont bien sûr toujours recommandées.

Autre révision : « pour combattre les épidémies de rougeole dans les crèches, les recommandations de vaccination des professionnels de santé ont été étendues aux professionnels chargés de la petite enfance », ajoute le Pr Floret. En milieu professionnel, une sérologie n’est désormais plus nécessaire avant la vaccination.

Calendrier des allergènes
Vaccinations