Vaccination et grossesse

Pendant la grossesse, les réactions de défenses de l’organisme sont modifiées, de plus, il faut prendre en compte la présence du foetus: le vaccin va alors concerner deux personnes: la maman et son bébé, aussi cette période de la vie de la femme, n’est pas la meilleure pour mettre à jour ses vaccins.

Mais la vaccination est parfois faite pendant le grossesse, par mégarde, parce que la grossesse n’était pas connue au moment de la piqûre, ou parfois elle est nécessaire car les circonstances la rendent nécessaire.

Comment sont les virus que l’on inocule lors des vaccinations ?
On retrouve trois formes:
– utilisation d’une fraction inactive de virus (ou de bactérie). Cette fraction est généralement une protéine immunisante, souvent produite artificiellement (ce qui rend le produit plus pur, et plus constant)
– utilisation du virus vivant, mais dont la virulence est atténuée par divers moyens (vaccins vivants),
– utilisation du virus tué par divers moyens (vaccins tués).

Par rapport à la grossesse, il y a trois catégories de vaccins:

– les vaccins qui ne doivent pas être faits pendant la grossesse,
– les vaccins à éviter,
– et enfin, les vaccins qui peuvent être faits pendant la grossesse.

Vaccins à ne pas faire pendant la grossesse

Vaccination anti-polyomyélite oral: Il s’agit d’un vaccin vivant, et malgré qu’il n’ai été rapporté aucun problème, cette vaccination est contre indiquée par mesure de précaution pendant la grossesse;

Vaccination anti-rubéolique: on utilise un virus de la rubéole vivant, mais sous forme atténuée. La vaccination est contre-indiquée en cas de grossesse, et il est conseillé d’attendre deux mois après la vaccination pour débuter une grossesse. En effet le virus peut (rarement) être transmis à l’embryon, mais le virus étant atténué, il ne semble pas, sur la durée des études faites, qu’il y ait de problèmes.

Vaccination anti-tuberculeuse (B.C.G.): encore une fois, le vaccin est réalisé avec une forme atténuée du bacille tuberculeux, et par conséquent, cette vaccination est contre-indiquée.

Vaccins à éviter pendant la grossesse

Vaccin anti-diphtérie: on utilise l’anatoxine du bacille diphtérique. Ce vaccin peut être mal toléré, aussi évite-t-on de le faire pendant la grossesse.

Vaccin anti-coqueluche: bien que l’on utilise un vaccin avec un virus tué, il est à éviter, car il peut donner des réactions dont la fièvre et il y a des risques d’accouchement prématuré.

Vaccins qui peuvent être fait pendant la grossesse (après avis de votre médecin)

Vaccin anti-grippal: on utilise un virus tué, la vaccination est bien tolérée, efficace et protège le nouveau né pendant ses six premiers mois.

Vaccin anti-tétanique: on utilise l’anatoxine du bacille donnant le tétanos (clostridium tetani). Ce vaccin est conseillé car grâce à lui, le tétanos obstétrical a à peu près disparu. Son efficacité est bonne et sa tolérance également. Il n’y a pas de risques à le faire pendant la grossesse.

Vaccin anti-hépatite B: on utilise une fraction du virus inactivé. Il a une bonne efficacité pendant la grossesse, et il est sans danger. Le médecin le fera systématiquement pour les femmes à risques et risquant d’attraper la maladie (contact avec un sujet atteint par la maladie par exemple).

Vaccin anti-polyomyélite (injectable): on utilise un virus tué. En général ce vaccin n’est fait que si la femme enceinte doit se rendre dans une zone d’endémie. La vaccination est bien tolérée, efficace et protège le nouveau né pendant ses six premiers mois.

Autres vaccins, et la grossesse:

Vaccins vivants
atténués
Rougeole Contre-indiqué Aucun effet connu sur le fœtus;
cependant, le vaccin vivant s’accompagne d’une
hausse du risque théorique de travail
pré-terme et de faible poids de
naissance.
Oreillons Contre-indiqué
Varicelle Contre-indiqué Pas d’effet connu sur le fœtus. La
varicelle ne constitue pas un motif
d’interruption de grossesse. L’administration
d’immunoglobuline varicelle-zona doit être
envisagée quand la femme enceinte est
exposée au virus.
Fièvre jaune Généralement
contre-indiqué, sauf en présence
d’une situation entraînant des risques
élevés.
Aucune donnée sur l’innocuité
fœtale, bien qu’aucune complication n’ait
été constatée chez les
fœtus exposés. Ne constitue pas un
motif d’interruption de grossesse. Si le voyage
vers une région présentant un
risque élevé d’endémie ne
peut être évité,
suggérer la vaccination.
Rage La grossesse ne constitue pas une
contre-indication à la prophylaxie
post-exposition.
Aucune indication d’anomalies fœtales.
Les risques associés au traitement
inadéquat sont significatifs.
Vaccine Contre-indiqué
Vaccins
non-vivants
Hépatite A Faible risque théorique Approprié en présence d’une
indication médicale.
Pneumocoque Indiqué pour les patientes
exposées à des risques
élevés.
Bien qu’aucune donnée sur
l’innocuité ne soit disponible, aucun
effet indésirable n’a été
signalé; les patientes exposées
à des risques élevés
devraient donc être vaccinées.
Méningocoque Sûr et efficace pendant la
grossesse.
Administration du vaccin conformément
aux mêmes lignes directrices que pour les
patientes n’étant pas enceintes.
Choléra Aucune donnée sur
l’innocuité
À n’utiliser qu’en présence
d’une situation entraînant des risques
élevés
(épidémie).
Peste Aucune donnée sur
l’innocuité
Vaccination à envisager seulement
lorsque les avantages l’emportent sur le
risque.
Typhoïde (attention: certaines
préparations sont vivantes)
Aucune donnée sur
l’innocuité
À n’envisager que dans les cas
entraînant des risques
élevés (voyage vers des
régions endémiques).
Encéphalite japonaise (vaccin faisant
appel au virus inactivé de
l’encéphalite japonaise)
Aucune donnée sur
l’innocuité
Ne doit pas être administré de
façon systématique pendant la
grossesse, car il existe un risque
théorique. À n’envisager qu’en cas
d’un voyage pendant lequel le risque
d’exposition est élevé (avantage
doit être supérieur aux
risques).
Calendrier des allergènes
Vaccinations