La prise de médicaments périmés présente-elle des risques ?

Conserver un petit stock de médicaments et un kit de pansement de base à la maison peut faire toute la différence dans certaines situations. Imaginez qu’une personne ne puisse pas dormir à cause d’un mal de tête après une journée de travail épuisante, ou que les brûlures d’estomac ne lui donnent pas la paix, ou qu’elle se réveille au milieu de la nuit en étant brûlante de fièvre. Dans ces moments-là, avoir un analgésique, un antipyrétique ou un antiacide à portée de main peut être une solution rapide pour soulager la douleur et l’inconfort.

L’usage des médicaments

Personne ne conteste qu’il puisse être utile d’avoir certains remèdes considérés comme à faible risque à domicile pour les utiliser dans des situations d’urgence. L’inconvénient est que la pharmacie à domicile est généralement un stimulant pour la pratique dangereuse de l’automédication. Au premier signe de douleur, d’indisposition ou de malaise, une personne peut avoir recours à un certain médicament, conservé depuis un certain temps chez soi, même s’il est peu adapté à ce cas, ou périmé, ce dont beaucoup de personnes ne se souviennent même pas au moment de la crise.

Prendre de temps en temps un remède symptomatique ne pose pas de problème. La question change lorsque les conditions idéales de stockage, de manutention et de transport ne sont pas respectées, ni la durée de conservation des produits. De même, l’usage prolongé et sans discernement de soins apparemment inoffensifs peut être préjudiciable à la santé, car elle peut masquer le tableau, retarder le diagnostic et compromettre le traitement. La différence entre le médicament et le poison ne réside que dans la dose.

Durée de validité des médicaments

Selon l’Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa), un organisme lié au ministère de la Santé, tous les fabricants sont tenus d’imprimer sur l’emballage les dates de fabrication (mois et année) et de péremption (mois et année), ainsi que le numéro de lot du médicament, qu’il soit contrôlé ou en vente libre sans ordonnance.

Ce délai de prise d’une substance est défini par l’industrie pharmaceutique elle-même, sur la base de tests spécifiques effectués sous contrôle strict, pour évaluer la stabilité des éléments actifs contenus dans la formule. Il fonctionne donc comme un facteur de référence, qui indique la fin de la vie utile du médicament. C’est-à-dire qu’après cette date, les laboratoires ne garantissent plus la capacité de la substance à préserver sa puissance, son principe actif et sa sécurité.

Considérant que la puissance d’un médicament commence à diminuer lentement dès sa fabrication, il est établi que, dans des conditions idéales de transport, de manipulation, de stockage et d’intégrité de l’emballage, le délai de péremption d’un médicament est déterminée par le temps que met le principe actif à perdre sa puissance et son effet thérapeutique, initiaux.

Bien sûr, cela ne se fait pas du jour au lendemain. L’effet thérapeutique d’un médicament ralentit avec le temps. Cependant, selon des études sur le délai de péremption des substances menées par la Food and Drug Administration à la demande de l’armée américaine (qui devait chaque année se débarrasser et reconstituer un stock de médicaments extrêmement coûteux), bon nombre des produits étudiés ont conservé leurs conditions d’usage au-delà du délai de péremption fixée par le fabricant. Ces données ont été commentées sur le site officiel de certaines universités.

La question est la suivante : que peut-il se passer si la personne prend un médicament périmé ?

Dans ce cas, deux conditions doivent être prises en compte. D’abord ; il faut savoir que les substances perdent lentement leur stabilité à partir de la date de fabrication, mais que le processus peut prendre des années.

Ensuite ; la date de péremption est fixée par l’industrie pharmaceutique comme moyen d’attester que le produit conserve ses caractéristiques d’efficacité et de sécurité jusqu’à ce mois et cette année, à condition qu’elle ait suivi à la lettre les directives sur la meilleure façon de stocker le produit. Après cette date, les fabricants sont dispensés de poursuivre les tests de stabilité des substances qui composent le médicament.

S’il s’agit d’un médicament à usage continu, d’un antibiotique pour le traitement d’infections, c’est-à-dire de médicaments dont la perte de puissance peut mettre votre vie en danger, le bon sens vous dit de ne pas prendre de risque.

Par conséquent, si le mal de tête vous prive de votre joie de vivre et que vous avez décidé de prendre un analgésique dont la date de péremption est fixée à deux ou trois jours, la seule conséquence est peut-être que vous devrez attendre un peu plus longtemps pour en constater l’effet, car le médicament a peut-être déjà perdu une partie de son efficacité.

Or, s’il s’agit d’un médicament à usage continu, comme ceux indiqués pour le contrôle de maladies chroniques (par exemple l’hypertension et le diabète), d’un antibiotique pour le traitement d’infections, c’est-à-dire de médicaments qui, en perdant leur effet thérapeutique, peuvent mettre la vie en danger, le bon sens dicte de ne pas prendre de risques. Il est préférable de fournir un nouveau médicament dont le délai de péremption est proche et de ne pas pousser votre chance.

Jeter les médicaments périmés

La pharmacie à domicile ne peut être un dépôt aléatoire de médicaments stockés sans aucun critère et sans aucun soin. Elle ne doit pas non plus accumuler les restes de médicaments qui n’ont pas été entièrement utilisés, ni les flacons contenant des restes de sirops, de gouttes pour les yeux, de gouttes nasales ou à appliquer sur l’oreille (oreille), ni les suspensions et les solutions injectables. Sous forme liquide, les médicaments sont toujours plus instables qu’à l’état solide et ont une durée de conservation plus courte, surtout si l’emballage d’origine a été ouvert ou violé.

Il est toujours utile de répéter que les médicaments doivent être gardés hors de portée des enfants et à l’abri de l’humidité, de la chaleur et de l’exposition au soleil. En outre, il est essentiel d’éliminer périodiquement les produits périmés ou inutilisés depuis longtemps.

Dans cette tâche, il faut redoubler d’attention. Plus besoin de jeter les médicaments dans les ordures ménagères, dans l’évier ou dans les toilettes, car les médicaments contiennent des substances chimiques qui peuvent contaminer l’eau et le sol. Les médicaments en retard et les résidus de médicaments qui ne seront plus utilisés doivent être apportés à un point de collecte accrédité par Anvisa, en général, une pharmacie ou une droguerie à proximité de la résidence. Ce processus de retour des médicaments périmés aux pharmacies afin d’avoir la bonne destination finale est appelé logistique inverse.

Angine stable : des médicaments aussi efficaces que les cathéters cardiaques ou les pontages
Vaccins contre les maladies éruptives : les effets secondaires