Les accidents vasculaires cérébraux chez les enfants : un risque sous-estimé

Un accident vasculaire cérébral ne touche pas seulement l’adulte. Cette maladie touche aussi les enfants. Aujourd’hui encore, un temps précieux et long s’écoule avant qu’un avc d’un enfant ne soit correctement diagnostiqué.

Le diagnostic d’un accident vasculaire cérébral enfant

L’accident vasculaire cérébral peut survenir à tout âge. Cette maladie peut aussi attaquer le bébé. Elle est causée soit par occlusion ou par rupture de vaisseaux d’une artère. Ces phénomènes empêchent le sang de circuler vers le cerveau. Selon l’âge, un bon diagnostic et un bon traitement adéquat sont une urgence vitale. Malheureusement, on ne prend pas en charge la maladie à temps alors qu’elle peut être dangereuse pour le développement. Comment améliorer les soins aux enfants victimes d’avc ? 

Bien que le traitement d’adulte victime d’avc suive un protocole sophistiqué et vise à fournir les soins les plus rapides possible, il faut encore 23 heures en moyenne pour que les enfants soient diagnostiqués ». En effet, plus le traitement commence rapidement, moins les séquelles sont importantes. Et, force est de constater que les maladies cardiovasculaires et cérébrales chez les enfants passent souvent inaperçues et demanderont beaucoup de rééducation. Mais il est aussi primordial de faire la rééducation chez les adultes et les enfants pour éviter les risques de cette grave maladie.

Très peu d’enfants se rétablissent complètement d’un AVC

Les conséquences d’un traitement et d’un diagnostic tardifs chez les enfants victimes d’un avc sont graves et dangereuses pour le cerveau. «Seulement un enfant sur trois environ se remet complètement d’une attaque. La majorité de l’enfant souffre de troubles neurologiques des cérébrales à long terme comme l’hémiplégie ou l’épilepsie. Il en est de même pour le bébé atteint. Souvent, on ne pense pas immédiatement à une attaque simplement parce qu’on est adolescent.

La grande majoritédes victimes (91 %) présente des symptômes de défaillance focale.

Ce sont exactement l’hémiplégie, la paralysie faciale ou des troubles soudains de la parole comme premiers signes. Ces premiers symptômes rapides et visibles devraient alerter et faire penser à un risque. Les troubles évoqués par cette risque doivent inciter les parents à faire examiner leurs enfants et à les soumettre immédiatement à un traitement et un diagnostic.

D’autres indices assez peu spécifiques comme des nausées ou des maux de tête, voire des convulsions, peuvent accompagner simultanément les symptômes. En outre, on peut remarquer aussi un « bégaiement » ou une évolution progressive de la maladie. Les parents doivent recevoir une rééducation sur les signes de l’avc.

Création d’un registre d’un accident vasculaire cérébral enfant

Afin d’améliorer les soins, une ligne directrice S3 sur le diagnostic et le traitement d’un accident vasculaire cérébral sont en cours d’élaboration. Il en est de même pour le registre national des avc chez les plus jeunes. Les spécialistes se sont également engagés à faire de la neurologie pédiatrique. Il s’agit d’une discipline d’urgence. Ils créent aussi des structures interdisciplinaires pour les soins et le traitement aiguës et de longue durée, dont l’utilisation de la télémédecine. « Le premier objectif du traitement doit être de réduire le délai de diagnostic et le début de la thérapie. C’est pour que le recours à la thérapie par lyse et à la thrombectomie mécanique soit également possible en principe. Dans la phase post-aiguë, l’une de nos priorités est de réduire le taux élevé de récidive d’environ 30 % en moyenne chez les enfants », explique la pédiatrie.

La recherche causale joue également un rôle central ici : dans leur étude, 40 % des enfants concernés présentaient au moins deux des facteurs de risque connus pour. Il s’agit notamment de troubles de la coagulation de l’artère, de maladies cardiaques, de modifications des vaisseaux cérébrales, d’infections graves, de troubles métaboliques ou de causes génétiques. Une plus grande attention à ces facteurs de risque pourrait ouvrir la voie à un diagnostic plus rapide, dans certains cas à des mesures préventives et à l’évitement de nouveaux avc.

 

 

Brûlure : un accident fréquent chez les enfants
Comment identifier et traiter la migraine chez les enfants ?