Comment gérer les allergies aux poils d’animaux ?

allergies aux poils d'animaux

Publié le : 06 juillet 20216 mins de lecture

Les chiots vous font craquer, mais vos éternuements vous trahissent ? Vous avez deux chats que vous aimez par-dessus tout, sauf que vous ne parvenez pas à trouver une solution pour calmer votre rhinite allergique ? Ne perdez pas espoir, il existe forcément un moyen de soulager cet inconfort. Parfois, quelques bonnes habitudes à prendre suffisent. Des alternatives comme la désensibilisation existent également. Découvrez comment vivre avec un animal quand on est allergique et sélectionnez les conseils qui vous parlent.

Les races d’animaux qui sont moins allergisantes

Saviez-vous qu’il existe des races de chiens et chats qui sont moins allergisantes que d’autres pour l’être humain ? Alors, avant d’acheter les croquettes pour chien et la laisse, découvrez quelle race pourrait convenir à votre condition. Il faut tout de même comprendre ce qui se passe avec ces bêtes à poils. En réalité, ce n’est pas leur pelage à proprement parler qui provoque chez vous un écoulement nasal ou une irritation oculaire. La faute revient aux protéines que l’on retrouve à la surface des poils. Celles-ci sont déposées sur le pelage lorsque l’animal se lave, on peut en détecter également dans son urine. Toutes les sécrétions qui émanent de l’animal sont susceptibles de créer une réaction allergique. Il est conseillé de se tourner vers des animaux qui perdent peu de poils ou des races qui produisent peu de protéines allergènes. Parmi les chiens, il y a :

  • Le bichon frisé ;
  • Le schnauzer ;
  • Le terrier Kerry Blue ;
  • Le caniche ;
  • Le chien d’eau portugais.

Parmi les chats, il y a :

  • Le sphynx ;
  • Le sibérien ;
  • Le bengal ;
  • Le bleu russe ;
  • Le devon rex.

À découvrir également : Apprenez à contrôler vos allergies !

Les gestes à adopter pour éviter la surexposition aux allergènes

Le choix d’un animal réputé pour ne pas favoriser la production de pathogènes allergisants ne vous garantit pas un risque zéro. D’autres paramètres entrent en jeu : malgré la race, le cas par cas évolue d’un individu à un autre. Ainsi, un humain pourra ne pas supporter d’être dans la même pièce qu’un bengal alors qu’un autre tolérera sa compagnie. Afin de contrer au mieux ces effets indésirables et de vivre en harmonie avec son animal si on ne peut pas ou que l’on ne veut pas s’en séparer, des réflexes sont à adopter. La traque des poils est alors ouverte ! Chaque maître pourra le confirmer, les poils se mettent absolument partout. Dès que votre chat se frotte à vous, vous devez prendre l’habitude de retirer les poils qui sont restés sur vos vêtements. Pour vous faciliter les choses, vous pouvez interdire l’accès à certaines pièces de la maison comme toutes les chambres. L’aspirateur devient aussi votre meilleur allié et un nettoyage quotidien des sols est recommandé. Enfin, l’aération des pièces le matin fera également une partie du travail.

Les traitements d’appoints quand on est allergique

En complément des bons gestes du quotidien à adopter, vous pouvez prendre des produits censés vous soulager. Vous aurez beau faire le ménage, des poils et autres sécrétions passeront toujours à la trappe. Malgré tous vos efforts, vous risquez d’éternuer ou d’avoir les yeux qui picotent. Parlez-en alors à votre médecin ou à votre pharmacien, mais ne restez pas passif. Les allergies liées aux animaux de compagnie peuvent devenir incommodantes et s’aggraver avec le temps si rien n’est fait. Il existe différents traitements d’appoints, qui soignent localement le problème. Vous souffrez d’irritations oculaires ? Du sérum physiologique ou du collyre soulageront ces yeux rouges et souvent secs. La prise d’antihistaminiques est également un moyen efficace pour apaiser les réactions inflammatoires. N’oubliez pas également de faire tous les deux à trois jours, voire tous les jours si vous en ressentez le besoin, un décongestionnement des voies nasales avec un produit à base d’eau salée. Les sprays nasaux à base d’huiles essentielles ont pour but de bloquer les allergènes et de stopper les écoulements.

La désensibilisation pour combattre les allergies aux poils

Rien n’y fait en dépit de toutes les recommandations précédentes ? Il vous reste une solution pour profiter de la compagnie de votre petit chien sans souffrir : la désensibilisation. Ce traitement, qualifié d’immunothérapie spécifique, vise à supprimer à terme la sensibilité accrue du système immunitaire de l’organisme face aux allergènes. La personne qui suit ce protocole est censée être débarrassée de ces allergies qui compliquent sa vie. Néanmoins, il s’agit d’un traitement long, il faut donc être patient. Cette désensibilisation peut durer entre trois et cinq ans et est ouverte à l’adulte et à l’enfant. Que les allergiques se rassurent, les patients constatent tout de même une différence dans l’année qui suit le début du traitement. À quoi faut-il s’attendre ? L’organisme du patient est exposé à des infimes quantités de substances allergènes, afin que l’immunité ne soit plus aussi virulente. Progressivement, le corps d’habitude à cette exposition et ne perçoit plus les poils des animaux comme une menace.

Plan du site