Les scientifiques en désaccord sur le régime alimentaire approprié pour les diabétiques

Qu’il s’agisse d’une alimentation pauvre en glucides ou en graisses, la réémission du diabète fait partie du spectre cible. Les esprits scientifiques sont en désaccord sur le régime alimentaire approprié pour les diabétiques. Il existe un méga-thème qui n’a pas encore été découvert en tant que tel : la réémission du diabète comme objectif thérapeutique. Après le marqueur de laboratoire pour les lésions hépatiques et la perte de poids sous semaglutide, cet article est inspiré de la couverture de l’esanum du Congrès sur le diabète. Il traite d’un élément central de la thérapie du diabète, la nutrition. Que pensez-vous des glucides ? Faible teneur en glucides ou en graisses ? 

Le régime “Low Carb”

le régime Low Carb est un régime alimentaire pauvre en glucides. Une présence permanente, également lors de l’événement principal annuel de la DDG. De nombreuses recherches ont été et sont menées sur ce sujet. Ce qui est moins connu, c’est le message que la pratique diabétologique devrait en fait emporter avec elle. Dans le cadre du “Dialogue de pratique Pro et Contra Low Carb”, une nutritionniste et un médecin nutritionniste de l’Université technique se sont livrés à un duel, naturellement sous forme de conférences scientifiques. Quel est le régime alimentaire approprié pour les diabétiques ?, le résultat semble être un tirage au sort, comme le sous-titre le suggère. Il est intéressant de noter le commentaire cité de Buyken sur la directive nationale de soins de santé pour le traitement du diabète de type 2. Alors que la directive stipule que la recommandation générale d’un régime pauvre en glucides n’est pas scientifiquement justifiée, le spécialiste des glucides dit que la recommandation d’un régime riche en glucides n’est pas scientifiquement justifiée.

Faible teneur en glucides ou en lipides

À l’Institut allemand de nutrition humaine de Potsdam-Rehbrücke, deux études d’intervention nutritionnelle sont actuellement en cours pour la prévention alimentaire et le traitement du diabète de type 2, respectivement, dans lesquelles on compare directement la faible teneur en glucides et la faible teneur en graisses. Au total, 250 personnes atteintes de prédiabète participent à l’étude DiNA-P  ou Diabetes Nutrition Algorithms – Prediabetes. Les études publiées à ce jour comparant les régimes à faible teneur en glucides et en lipides constatent une réduction de poids un peu plus importante sous régime à faible teneur en glucides. Les résultats provisoires concernant le sucre dans le sang et la pression artérielle sont similaires. Des effets comparables des deux concepts de réduction peuvent être constatés en ce qui concerne la graisse du foie. La deuxième étude, dont l’abréviation est DiNA-D ou “Diabetes Nutrition Algorithms in Patients With Overt Diabetes Mellitus”, a également impliqué 250 participants qui avaient déjà développé un diabète de type 2. L’évaluation finale des régimes après la fin des études est attendue.

Le taux d’abandon représente le plus objectivement la conformité alimentaire

Une étude et méta-analyse sur le taux d’abandon Diabétologie et métabolisme des essais contrôlés randomisés ou ECR a été faite. Elle se base sur les aliments à faible teneur en glucides par rapport aux aliments à faible teneur en lipides dans une méta-analyse publiée récemment. Il est constaté que, malgré une perte de poids équivalente dans l’approche à faible teneur en matières grasses, il y a parfois une infériorité métabolique et surtout à long terme, une moindre conformité. L’observance alimentaire insuffisante n’entraîne pas seulement des inconvénients individuels pour les patients, mais elle compromet également la validité des études cliniques sur la nutrition. Le taux d’abandon représente le plus objectivement la conformité des participants à l’étude par opposition aux données nutritionnelles. L’article conclut que le taux d’abandon était corrélé à un IMC plus élevé et à des objectifs de faible consommation de calories en particulier en ce qui concerne les sources de protéines et de glucides, à un apport calorique réel plus élevé et à un nombre élevé de protocoles alimentaires. Aucun effet statistiquement significatif n’a été constaté , l’âge, le sexe, le tabagisme, d’autres facteurs biologiques, des incitations financières et des services de conseil supplémentaires. Les scientifiques concluent que le taux d’abandon représente bien la conformité alimentaire. Les cohortes d’étude ayant un poids corporel plus élevé montrent un moins bon respect du régime, la rigueur des objectifs alimentaires et la charge de travail personnelle des sujets d’étude pour enregistrer leur régime sont des facteurs plus importants que l’éventail des conseils proposés.

La rémission n’est pas encore un objectif thérapeutique officiel

Cela n’est pas nécessairement une surprise. Il est assez surprenant de constater que la société allemande du diabète donne toutes sortes de recommandations pratiques, mais aucune sur la nutrition. Et que dans les recommandations pratiques disponibles  ou la thérapie du diabète de type 2, un objectif très important n’est pas mentionné, la réémission du diabète par des changements de régime et de mode de vie. La guérison potentielle du diabète en tant qu’objectif thérapeutique dans ce blog, mais jusqu’à présent sans réponse. Toutefois, le sujet ne peut pas vraiment être balayé sous le tapis, comme le montre clairement une étude de Lancet2 sur la gestion curative du poids, publiée dans le Journal Club.

Tout dépend de l’argent et même le diabète de type 2 incurable

Comme toujours, tout dépend de l’argent – et de l’attitude des joueurs. Le secteur pharmaceutique gagne de l’argent grâce à des millions de médicaments prescrits à vie. Les grandes compagnies d’assurance maladie sont satisfaites de l’indemnisation de la structure des risques orientée vers la morbidité (Morbi-RSA). En définitive, tout le système de soins diabétologiques dépend de la survie de cette maladie très répandue. Une analyse nutritionnelle accompagnée d’un coaching individuel dans le but de guérir ne nuit-elle pas à l’entreprise ?

Quel rôle joue la vitamine D dans l’organisme ?
Les bienfaits de la vitamine B12 sur la santé osseuse