L’hypertension artérielle chez les enfants, un danger à ne pas sous-estimer

L’hypertension artérielle est de plus en plus fréquente chez les enfants de nos jours. Les principales raisons de cette évolution inquiétante sont le surpoids, le manque d’exercice et apparemment l’utilisation intensive d’Internet avec les jeux vidéo en ligne, les réseaux sociaux et autres. La Child Health Foundation fournit des informations sur les risques actuels, exprime la Fondation dans une déclaration actuelle.

Savoir tout sur l’hypertension artérielle

L’hypertension artérielle est l’un des principaux facteurs de risque pour le développement de l’artériosclérose et ses conséquences dangereuses, telles que l’infarctus, l’accident vasculaire cérébral et les troubles circulatoires, ainsi que pour le développement d’une insuffisance rénale chronique. Ce qui est traître avec l’hypertension, c’est qu’elle ne provoque souvent aucun symptôme pendant longtemps et qu’elle est donc souvent reconnue et traitée beaucoup plus tard.

Dans le passé, l’hypertension artérielle enfant était considérée comme une maladie rare. En outre, il y a eu des cas plus rares où la cause était un déséquilibre hormonal ou des antécédents familiaux de stress. Cependant, depuis quelque temps, on diagnostique de plus en plus souvent un problème d’hypertension chez les enfants qui ne souffrent pas de ces maladies organiques. Une explication peut fournir ensuite la balance : La plupart de ces enfants sont trop gros.

Surveillance régulière de la pression artérielle dès l’âge de 3 ans

Le diagnostic précoce de l’hypertension artérielle est déjà un problème majeur chez les adultes et encore plus chez les enfants. Dans les premiers temps, l’hypertension artérielle ne provoque pratiquement aucune plainte et, surtout dans l’enfance, les symptômes sont parfois complètement absents. L’hypertension artérielle enfant ne fait pas mal. L’enfant ne se sent pas malade et ne fait pas une mauvaise impression.

Par conséquent, même l’augmentation massive de la pression artérielle d’un enfant passe souvent inaperçue pendant longtemps. Il est rare que les maux de tête, les vertiges, les saignements de nez, les acouphènes, la fatigue rapide ou les troubles du sommeil donnent au pédiatre une indication sur l’existence d’une hypertension artérielle.

Des études ont démontré que le niveau de pression artérielle pendant l’enfance et l’adolescence a une influence significative sur le développement de l’hypertension artérielle à l’âge adulte. Si elle persiste longtemps, l’hypertension peut endommager les vaisseaux et les organes de l’enfant. Si elle n’est pas traitée, la probabilité de développer une maladie cardiaque ou rénale ou de subir un accident vasculaire cérébral au début de l’âge adulte augmente.

La Société européenne d’hypertension artérielle ESH recommande donc que les pédiatres et les médecins généralistes vérifient régulièrement la pression artérielle de tous les enfants et adolescents dès l’âge de 3 ans. Dans le cas des enfants particulièrement à risque, la pression artérielle doit être mesurée plus fréquemment, recommande la Fondation pour la santé des enfants. Il s’agit notamment des enfants en surpoids, des enfants présentant un taux de graisse sanguine élevé, des enfants dont l’hypertension familiale est fréquente et des enfants dont les parents ont subi une crise cardiaque avant l’âge de 60 ans ou un accident vasculaire cérébral avant l’âge de 70 ans.

Le manque d’exercice reste le principal problème

Le plus souvent, la mesure est effectuée à l’aide d’un brassard en caoutchouc gonflable sur le bras et, pour les enfants plus petits, également sur la partie inférieure de la jambe. Malheureusement, il est beaucoup plus difficile de déterminer la bonne pression sanguine chez les enfants que chez les adultes. La circonférence et la longueur du haut des bras sont différentes chez les enfants et le pédiatre et le médecin des adolescents doivent utiliser des brassards de pression de différentes largeurs. Lorsque les enfants sont agités et crient, les valeurs mesurées sont souvent trop élevées. Le médecin a donc besoin de beaucoup de patience et généralement aussi de l’aide de la mère. Si un résultat suspect est détecté, la mesure doit être répétée plusieurs fois.

Pour le traitement, la première priorité est de prendre des mesures pour changer le mode de vie, en particulier pour réduire le surpoids, souligne la fondation avec beaucoup d’insistance. Il est également particulièrement important d’améliorer la condition physique et mentale des enfants et des adolescents par le biais d’un exercice quotidien intensif, au moins 60 minutes par jour.

Selon les données actuelles de l’Institut Robert Koch, seuls 27,5 % des enfants et des jeunes âgés de 3 à 17 ans en Allemagne sont aujourd’hui physiquement actifs pendant au moins 60 minutes par jour. Mais le manque d’exercice physique augmente le risque d’obésité et d’hypertension artérielle enfant.

Dans une étude menée dans le cadre de l’étude européenne, des chercheurs ont enregistré l’activité physique de 5 221 enfants à l’aide d’accéléromètres portables pendant plusieurs jours et ont corrélé les données obtenues avec les valeurs de la pression artérielle mesurées deux ans plus tard. Résultat : les enfants qui faisaient de l’exercice pendant moins de 60 minutes par jour ont développé une pression artérielle élevée 53 % plus fréquemment.

L’utilisation de la télévision et l’ordinateur

Des études internationales ont identifié l’utilisation intensive des médias sur écran et de l’Internet comme un autre coupable de l’obésité et de l’hypertension artérielle enfant. Ses effets sur le poids corporel des enfants ont été prouvés, on a examiné les liens entre l’alimentation, le mode de vie et les déterminants sociaux et le développement du surpoids chez les enfants de deux à neuf ans chez plus de 11 000 enfants dans huit pays européens.

Résultat : pour chaque heure supplémentaire qu’un enfant passe devant la télévision pendant la journée, la probabilité d’appartenir au groupe des personnes en surpoids augmente de 22 %. Ce risque augmente de 33 % lorsque la télévision se trouve dans la chambre de l’enfant et de 22 % lorsqu’elle est regardée en mangeant. Des chercheurs, ont étudié l’influence des smartphones sur le surpoids et la pression artérielle. Ils ont interrogé 335 jeunes de 14 à 17 ans sur leur utilisation d’Internet et ont corrélé les données avec les mesures de la pression artérielle. L

es questions portaient entre autres sur l’envoi de courriels, la visite de sites web, le téléchargement de logiciels, les achats, les jeux, mais aussi les devoirs. Le terme “modéré” a été défini comme étant moins de deux heures par jour, cinq jours par semaine, et le terme “léger” a été défini comme étant moins de deux heures par jour, moins de quatre jours par semaine. Au total, 134 jeunes se sont avérés être de “gros consommateurs. Parmi eux se trouvaient 26 personnes dont la pression artérielle était trop élevée pour leur âge. L’hypertension était 3,25 fois plus fréquente dans ce groupe que chez les adolescents utilisant des médias légers. Ainsi, trop de surf vous fait grossir : parmi les utilisateurs intensifs d’Internet, 43 % étaient en surpoids contre 26 % pour les utilisateurs “légers” du net.

Un certain nombre d’anti-hypertenseurs sont disponibles pour le traitement médicamenteux de l’hypertension artérielle, qui peut en principe aussi être utilisé chez les enfants et les adolescents. La plupart des médicaments anti-hypertenseurs sont bien tolérés et sont aussi efficaces chez les enfants et les adolescents que chez les adultes. Cependant, ils doivent généralement être pris de manière permanente et avec une grande fiabilité. Cependant, la conformité nécessaire fait souvent défaut tant chez les adultes que chez les enfants.

 

Comment lutter contre l’obésité infantile ?
Comment soulager l’érythème fessier ?